Un pote, une amitié, ça ne se cherche pas, ça ne se trouve pas, ça ne se décrète pas, ça te tombe dessus. Et tu sais à quoi ça se reconnaît ? À ce que l’autre est capable de supporter de toi. Je pense qu’Amaury, mon camarade d’aventure est un vrai bon pote. La preuve par l’exemple. Ce matin, on se lève plein de bonnes résolutions. Les meules ont été révisées la veille (filtres à air soufflés, chaînes retendue et graissés, niveau d’eau contrôlé) petit dej à 7h30, 8h00 on est parti. Une grosse journée nous attend avec les Transalp, les dunes de Chegaga, deuxième plus grand erg du Maroc inaccessible sauf en 4×4 ou à dos de chameau. Oui bah nous on y va en Transalp. 8h00, fidèles au plan, coup de démarreur et nous filons à travers la ville de Mahmid encore endormie pour attaquer la piste quand … je pense à ce que j’aurais bien pu oublier au camping. La prise multiple déjà oubliée la veille ? Ha non ça, j’y ai pensé.

Mon téléphone ? Putain mon téléphone … non pas que j’en ai besoin dans le désert mais y’a toute ma vie dedans: mes photos et tout ce que je t’écris depuis le début de cette aventure. Au loin devant, je ne vois déjà plus Amaury. Tant pis, je pile, fais demi-tour pour retourner à l’hôtel ! Saloperie de téléphone, saloperie de fil à la patte. Au camping, pas de téléphone. Amaury pointe le nez de sa Transalp, je lui demande d’appeler mon numéro juste par acquis de conscience ! Putain, miracle, ça sonne sur ma Transalp mais quasi impossible de localiser la bête … qui s’est nichée dans un retour de carénage après avoir glissé le long du réservoir… ça c’est tout moi. Je ne m’étonne même pas, ni me déçoit !

On repart à l’assaut des dunes et le terme n’est pas exagéré. 20 kilomètres d’un véritable cordon de dunes. 20 kilomètres à porter le regard au loin, à chercher le meilleur appui, la plus belle dune pour faire ta propre trace ! En espérant, derrière chaque crête, ne pas basculer dans un trou de sable mou entouré de dunes trop hautes au point de ne pas pouvoir sortir de cet enfer. 20 bornes à pousser, tirer, relever nos Transalp que notre maladresse ne parvient pas toujours à préserver de la chute. Passé ces 20 bornes, le terrain semble s’améliorer. La piste reste hyper sablonneuse mais s’élargit légèrement quand … putain, il est passé où mon pied vidéo, je l’avais sanglé là, sous le porte bagages ! Demi-tour en espérant ne pas l’avoir perdu trop loin. En zoomant à fond sur l’écran de nos GPS, nous parvenons à ré emprunter exactement la même trace hors piste sauf que les dunes se présentent en sens inverse. 20 bornes, retour au village de Mhamid et rien. Un habitant m’emmène voir l’un des guides qui aurait emprunté la piste parmi les premiers ce matin mais rien ! Je le ramène vers sa kasbha quand nous croisons un gamin juché sur une carriole et rentrant de ramasser du bois dans le désert (oui je sais c’est bizarre mais c’est possible). Et là miracle, sous ses fagots de bois, le gosse me ressort … mon pied vidéo. Joie, remerciements, foi en Allah, il est désormais midi, on a fait zéro kilomètres.

Enfin si ! 40 bornes éreintantes de dunes pour … revenir au point de départ ! Et moi j’en reviens à mon histoire d’amitié. Un truc comme ça, ça peut vite partir en arachide (cacahouète si t’as un peu de mal à suivre) en reproches et autres tirage de tronche. Bah là, rien, pas un mot, pas même l’amorce d’une moue boudeuse. Moi, un mec comme moi, je le balance par dessus bord au beau milieu de l’Atlantique)! Lui, zen, serein, prêt à jeter à nouveau toutes ses forces pour se taper les 20 bornes de dunes, avec le sourire, suivies de 60 kilomètres de sable profond que nous mettrons 4 heures à parcourir avec le train avant dans une ornière et l’arrière a l’équerre dans une autre, tandis que le moteur de nos Transalp un peu au bout de sa vie de se voir ainsi maltraité. Première, seconde avec y. Peu de chance et surtout le calosta dans le rouge !! 18h00, on a atteint enfin Foum Zguid, soit seulement 150 kilomètres dans la journée. On est inquiets. La Transalp a dû bouffer un bon 10 litres au cent dans le bac à sable, on ne doit pas être loin de la panne sèche. Dans un tout petit village, on nous propose de l’essence à 2 euros les litres. Heu, t’es sûr ? On se retourne, on scrute l’horizon et tu sais quoi ? Bah y’avait pas un gilet jaune pour gueuler !!! Remarque, y’a pas de rond point non plus, ça facilite pas les choses.

Amaury qui sait négocier comme personne trouve la parade. « Si on t’en prends 20 litres, c’est combien ? » « 1 euro 70 » répond le type, « alors on va t’en prendre 10 litres à ce prix là ». J’y avait jamais pensé à celle-là! Le mec s’exécute mais en guise de bonne foi on lui dévore aussi deux boites de sardines et un morceau de pain. La mort dans l’âme (ouais renoncer pour moi c’est une forme d’échec) nous décidons finalement de rejoindre Tata par le bitume, la tête encore perchée tout là-haut sur la plus grande dune de Chegaga! Les portes du Sahara viennent de s’entrouvrir ! a si, j’ai les yeux qui piquent et j’ai envie de dormir mais je résiste pas à l’envie de t’en raconter une dernière. Sur la piste, cette même journée, je mets en place les Go Pro et je repars … sans mon sac vidéo que je laisse dans une ornière de sable … et qu’Amaury me rapporte ! Il m’a même pas tapé. Quand je te dis que c’est un vrai pote. Rien: pas une mandale, un bourre pif ni même un ramponneau ! Remarque, si je te dis que le premier jour à Malaga, il a oublié son sac avec ses papiers sur un banc et que j’ai pas chargé non plus, c’est peut-être que moi aussi je suis un bon pote pour lui !

La suite demain

Remerciements
– Toute l’équipe de Horizon Moto 95 pour l’achat et la préparation des motos.
– Amaury Baratin mon compagnon de route.
– Olivier Destin (co boss de Horizon Moto 95) et Optimark pour la déco des motos.
– Philippe Trail-Rando (Phillipe et Henri-Pierre) pour les précieuses traces off-road.
– Les équipements de l’aventure:
– Shoei VFX-WR
https://www.shoei-europe.com/uk/news/new-vfx-wr
– Veste Rev’It Cayenne Pro
https://www.revitsport.com/en/jacket-cayenne-pro-41420.html…
– Pantalon Cayenne Pro
https://www.revitsport.com/…/trousers-cayenne-pro-44117.htm…
– Gants Cayenne Pro
https://www.revitsport.com/en/gloves-cayenne-pro-40083.html…
– Nouvelle collection Rev’It à découvrir sur :
https://www.revitsport.com/en/adventure-world/

Paris/Dakar par les pistes en Honda 600 TRANSALP de 1996 – épisode 3 – Mhamid / Tata

| Ça sent le vécu, histoires vraies, Paris/Dakar par les pistes en Honda 600 TRANSALP de 1996 | 0 Commentaire
Vincent le Motarologue
A propos de l'auteur
- Motard, remonteur de file certifié niveau 4 et spécialiste de l'interfile parisien. Je roule tous les jours, par tous les temps, parce que je suis complètement maso et j'aime ça ! Dès que j'ai 5 minutes et suffisamment d'essence, j'enfourche mon V-Strom pour quitter le béton parisien. Je poursuis inlassablement cette sensation unique, que l'on ressent lorsqu'on s'enferme sous son casque et qu'on bouffe de la borne jusqu'à plus soif !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.