Moto Tour 2016 – 2/5

Tu vois faut toujours rester humble dans la vie! On m’avait dit : « après ton trIp en Russie ça va être une balade de santé le Moto Tour ». Ce à quoi j’avais répondu qu’il ne fallait jamais rien sous-estimer. Et j’avais raison.

Le lundi 26 septembre, j’apprends que la petite BMW G 310 R avec laquelle je me faisais une joie de faire le Moto Tour ne serait malheureusement pas disponible. Avec BMW, on cherche une solution qui ait de la gueule, et la toute nouvelle catégorie duo s’impose rapidement sur une S 1000 XR au sein de la structure BMW Motorrad France/Tecmas. Pilote d’usine quoi !

Euh oui, mais la passagère, c’est qui ? Bah rien de plus simple. Quatre mots sur Facebook, appel au peuple d’une communauté incroyablement soudée et dynamique, et en 3 heures, j’ai plus de 200 bargeots qui rêvent de monter derrière pour se faire secouer le pruneau pendant 3.000 km, voir sa dernière heure arriver à chaque virage en spéciale. J’ai eu des mots tendres, doux, gentils, rigolos, intéressés ou complètement désintéressés. Même une passagère handicapée. Des flics qui me proposaient de mettre le pimpon et le costume bleu pour gagner du temps et profiter d’un immunité sans égal !

Dans le lot, j’avoue qu’il y avait 90% de barbus et 10% de filles avec leur 06. Mieux que Meetic ou Tinder. J’ai demandé conseil à mon médecin qui m’a assuré que, si une main ripait sur le réservoir lors d’un freinage, c’était une trachéotomie du trou de balle assurée. Comme je suis plutôt fragile de la gorge, j’ai finalement retenu cinq profils féminins en me disant qu’elles ne se rendaient absolument pas compte ce que pouvait être un Moto Tour.

Après le médecin, je suis allé voir ma femme et je lui ai demandé de choisir avec laquelle des cinq j’allais passer la semaine. Bah oui, pas complètement suicidaire non plus. Et c’est tombé sur Margaux. Margaux, un caractère unique ! Au début, je l’ai trouvé un peu garçon manqué. Elle jure, elle parle parfois mal, siffle comme un garçon et ne se laisse justement pas embêter par eux.

Au début, j’ai même eu un doute sur mon choix et puis j’ai vite compris dès le deuxième jour qu’il n’y en avait aucun. On venait de s’enquiller 28 heures de moto et plus de 1.000 kilomètres de routes défoncées en enchaînant l’étape Toulon/Toulon puis l’étape marathon. Margaux, elle demande jamais à faire pipi. A un moment, j’ai même cru que c’était un camping-car et j’ai cherché la cassette de vidange. Mais non. Moi je ne mange pas le midi, ça fait gagner du temps. Margaux non plus et elle réclame pas. En cinq jours de course, j’ai pris au pire trois coups de casque. Une vraie performance vu le rythme imposé. Elle se tient tout en extension sur les poignées passager.

Margaux, dans les spéciales, elle déhanche plus que moi. Et elle regarde toujours le road book par-dessus mon épaule pour me donner des baffes sur je me trompe (ses yeux sont meilleurs que les miens). A un moment, je me suis dit, Margaux, elle est pas humaine. Elle m’a fait penser à un gros jouet avec une énorme clé dans le dos. Tu la remontes le matin, ça fait jusqu’au soir, voire jusqu’au lendemain matin. Sauf que comme un con, le jouet, j’ai failli le casser. Au petit matin de la marathon, à la sortie d’un virage serré, là, sous mes roues rondes et noires, une plaque de gravillons. Scrouitch, étincelles, glisse, brodom, j’aperçois Margaux dans ma galipette qui a l’air de s’en sortir plutôt bien, tandis que la S 1000 XR valdingue 10 mètres plus loin.

On se relève, on se questionne, je m’excuse, je suis super emmerdé. Elle me regarde et me dit : « quelle aventure le moto Tour, j’ai bien fait de venir. » Là j’ai failli aller pleurer seul dans les bois pour plusieurs raisons :
1. J’aime pas chuter avec une passagère, je m’en veux
2. Je me suis demandé ce qui pouvait l’impressionner
3. J’ai failli lui filer les clés pour qu’elle termine la marathon avec moi derrière

Alors ok, c’est vrai et je le redis, elle est un peu garçon manqué MAIS elle ne crache pas, et surtout, je crois que c’est la passagère idéale pour le Moto Tour. Par petites tapes sur mes jambes, elle me rappelle à l’ordre sur certains pièges de la route que je ne vois pas toujours. A chaque arrêt, elle nettoie mon casque et trouve que je roule divinement bien sur la route, alors que parfois je roule comme un porc. Mais elle a le sourire et tous les jours, elle veut que ça recommence. Margaux, elle a gagné le tour de manège le plus long au monde et elle le sait.

Allez, pour lui montrer que je tiens quand même à ma liberté, j’ai gagné ma série de course endurance cet après-midi… sans elle derrière, c’est autorisé juste pour les spéciales. N’allez pas croire que tous ceux que je n’ai pas sélectionné pour être mon passager ou ma passagère n’étaient pas à la hauteur, c’est juste que la Margaux, elle fait le job sacrément bien.

Moto Tour 2016 – 2/5

| Ça sent le vécu, histoires vraies, Moto Tour 2016 | 0 Commentaire
Lolo
A propos de l'auteur
- Tout ce qui est déglingo, débile, pas tout-à-fait net et qui a deux roues, c'est moi qui l'essaie ! Après quelques années passées à Moto Journal, j'ai décidé de vous raconter l'histoire de la moto en vidéo sous mes propres couleurs !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.